Nicolas GUITTON
Ostéopathe à Boulogne-Billancourt
Nicolas GUITTON
Ostéopathe à Boulogne-Billancourt

Quand passer une IRM du dos ?

Examen complémentaire

Vous pouvez penser peut-être que vous devriez passer un examen complémentaire via une imagerie (IRM etc) face à une douleur au dos. Est-ce utile ? Explications.

Quelles sont les raisons qui peuvent pousser à passer une IRM ?

Il faut passer une IRM (imagerie à résonance magnétique) du dos SI VOUS AVEZ MAL AU DOS (selon la Guideline Description And Administrative Guidelines 2017) dans les cas suivants :

  • Si vous avez eu un accident 
  • Si vous avez un cancer (avéré ou suspecté)
  • Si vous avez déjà eu une chirurgie du dos
  • Si vous avez des fourmillements (dans les jambes ou les bras) depuis plus de 6 semaines
  • Si vous avez de l’ostéoporose (ou ostéopénie)
  • Si vous êtes immunodéficitaire
  • Si vous avez une infection (avérée ou suspectée)
  • Si vous ne sentez plus vos organes génitaux (par exemple syndrome de la queue de cheval)

Quand est-ce qu'il est inutile de passer une IRM ?

 

Le reste du temps, c’est inutile (voir même anxiogène) car les résultats peuvent souvent révéler des anomalies de la colonne vertébrale qui peuvent ne pas être liées à la douleur.  

Il peut y avoir même un risque de chronicité de la douleur du dos par des inquiétudes non fondées (peur, stress etc).

Une étude menée auprès de personnes souffrant de douleurs au dos a démontré que l’état de celles qui avaient subi des tests d’imagerie juste après avoir signalé le problème ne s’était pas amélioré.

Leur état s’était parfois même aggravé par rapport à celui des personnes qui avaient adopté des mesures simples comme consulter un thérapeute manuel comme un ostéopathe ou rester actif.

Ce qu’il faut retenir ?

Vous n’êtes pas définis par un résultat d’examen ! Votre douleur n’est pas égale à une lésion qu’on pourrait potentiellement voir à l’imagerie.

Le signe à l’imagerie ne peut pas expliquer à lui seul un problème de santé.

Un examen clinique pertinent est toujours nécessaire.

Exemple : au niveau des lombaires, les études notent :

  • A l’âge de 40 ans, on observe 70% de discopathies dégénératives chez les asymptomatiques (ne souffrant d’aucune douleur lombaire)
  • A l’âge de 70 ans, on observe 90% de discopathies dégénératives chez les asymptomatiques.

Une lésion n’est donc pas prédictive d’une douleur. La douleur ne mesure pas l’état des tissus !

Il y a tellement d’IRM prescrits mais pas toujours à bon escient.

Parfois, les signes cliniques sont bien plus intéressants que l’imagerie (qui peut donner des faux positifs).

La douleur est multifactorielle. Vous pouvez apprendre pourquoi vous avez mal et comment y remédier en consultant votre ostéopathe.

Face à une douleur, il faut donc bouger ! Le corps aime être en mouvement. Rester actif !

Si vos symptômes ne s'améliorent pas au bout de plusieurs jours, il faudra peut-être consulter votre médecin pour s'assurer que le problème ne provient pas d'un problème de santé plus grave.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout.

Pour plus d’informations ou si vous avez besoin d'un accompagnement d'ostéopathie, n’hésitez pas à me contacter ou à prendre rendez-vous. Prenez soins de vous.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib